Drogues au volant

 

 

La conduite, ou l'accompagnement d'un élève conducteur, après avoir fait usage de stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée. En effet, comme l’alcool, les effets de la drogue modifient le comportement du conducteur et augmentent considérablement les risques d’accidents. Les sanctions encourues sont lourdes et les dépistages de plus en plus fréquents.

Dans quelle situation peut-il y avoir dépistage ?

Les forces de police et de gendarmerie peuvent pratiquer des dépistages d'absorption de substances ou plantes classées comme stupéfiants sur les conducteurs et les accompagnateurs d'élèves dans les cas suivants :

 

  • en cas d'accident matériel de la circulation ;

  • lorsque le conducteur d'un véhicule est l'auteur présumé d'une infraction au code de la route punie d'une peine de suspension du permis de conduire ;

  • lorsque le conducteur s’est rendu coupable d'une infraction à la limitation de vitesse, au port de la ceinture de sécurité ou du casque. Le dépistage n’est pas effectué lors des contrôles de routine. Cela arrivera s’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner que le conducteur a fait usage de stupéfiants.
  •  

 

Annuaires et liens utiles - Conditions générales - Qui sommes nous ? - Contactez-nous Mon solde de points Administratif - Mon solde de points Juridique - Code de la route - Comment récupérer des points ? - Les stages de sensibilisation - Les types de stages - Stage permis à points volontaire - Stage obligatoire - Stage en alternative à la poursuite judiciaire - Stage en exécution d'une composition pénale - Peine complémentaire ou obligation imposée dans le cadre du sursis avec mise à l'épreuve Le droit à la contestation - Le coût de la contestation - Contester un retrait de points - Contester pour gagner du temps - Contester l'invalidation de son permis L'alcool au volant - Les sanctions - Drogues au volant - Le dépistage - Le contrôle technique - Téléphoner au volant - L'usage des kits mains-libres